Jacques Villeglé / L'alphabet Villegléen

Huit cubes d'obsidienne aux faces gravées de sigles politiques ou monétaires, de signes ésotériques ou de lettres romaines. Il s'agit d'une sculpture dont chacun peut choisir le sens en modulant les signes disposés sur les 48 faces. 

 

3 317,54 €

Depuis presque 1969, Villéglé développe une véritable passion pour les signes, la typographie, les recherches graphiques et la poésie. De cette passion est né son fameux alphabet socio-politique, vaste répertoire composé de mille éléments issus des diverses cultures du monde qu’il réinvente et recompose. Au final, il dispose d’un alphabet unique qui mixe dans une même typographie lettres romaines, sigles politiques ou monétaires, signes ésotériques et éléments puisés dans la culture populaire. Normalement réalisé à la bombe de peinture, les messages qu’il compose prennent pour la première fois une incarnation plus tangible et plus précieuse. En imaginant huit cubes, huit cubes d’obsidienne, huit cubes dont chaque face est soigneusement gravée d’un sigle, Villéglé a voulu donner à chacun la possibilité de jouer à composer ses propres messages par un lancer de dés laissant toute la place au hasard. Mais ce multiple édité à 8 exemplaires peut aussi se percevoir comme une véritable sculpture que chacun peut activer en choisissant dans les 48 signes ceux qui illumineront son intérieur.

Référence
Format 8 cubes de 5 x 5 cm
Tirage édition de 8 exemplaires numérotés
Technique Obsidienne taillée et gravée
Année de parution 2019

Villeglé (Jacques)


Jacques Villeglé est né à Quimper en 1926. Il a commencé en 1947, à Saint-Malo, une collecte d’objets trouvés : fils d’acier, déchets du mur de l’Atlantique… En décembre 1949, il limite son comportement appropriatif aux seules affiches lacérées. En Juin 1953, publication de Hepérile Éclaté, poème phonétique de Camille Bryen rendu illisible à travers les trames de verre cannelé de son partenaire intellectuel Raymond Hains. Il signe le 27 octobre 1960 avec Arman, Klein, Raysse, Tinguely, Hains, Dufrêne et Spoerri, la déclaration constitutive du Nouveau Réalisme qui décrète de “nouvelles approches perceptives du réel” et s’ancre, pour Villeglé, dans un art qui se veut non technique et proche de ce que l’on trouve dans la rue. Il arrache des affiches lacérées par le temps et des mains anonymes sur les emplacements réservés ou sauvages, entrevoyant en un clin d’œil la partie qui, en elles, constitue une œuvre d’art naturelle. Il change ainsi leur statut. Il continue dans cette voie avec les cryptogrammes socio-politiques, graffitis de murs dont il fait un alphabet et des textes. L’ensemble des trois sérigraphies originales présentées ci-dessous, tirées de son « alphabet socio politique » ont été tirées à l’atelier de Jean Villevieille. Elles sont signées et numérotées par l’artiste.



Suggestions

Haut de Page