Philippe Favier - Le Mariage de Francis

L’ENGRENAGE.

Mars 1967 - Musée d’art et d’industrie (et du cycle ) de Saint-Étienne - Philippe Favier découvre l’art contemporain et Le Fiancé de Francis Picabia…

« À douze ans on m’a offert mon premier vélo, depuis on ne m’a plus jamais revu »
(Paul Morand).

 

Depuis plus de trente ans, Philippe Favier occupe une place singulière sur la scène artistique. Refusant les modes, s’écartant des sentiers battus, il développe sans discontinuer un univers unique, souvent onirique, traversé de citations humoristiques ou nostalgiques. La diversité de ses propositions plastiques, la multiplicité des matériaux convoqués tendent à faire de sa pratique l’une des plus originales de notre temps.

Depuis 2006, notre galerie d’édition accompagne l’artiste, réalisant de nombreuses créations originales qui attestent du génie créatif de l’artiste. Inventivité et liberté caractérisent son œuvre inclassable.

Le mariage de Francis, sa dernière édition pour la galerie 8+4, est un ensemble de 6 planches originales rendant un hommage singulier à Francis Picabia.

À partir d’images reproduisant des éléments mécaniques de l’ère industrielle (engrenages…) collectées au gré de ses déambulations dans les brocantes, chaque motif est en partie masqué par un fond noir, et rehaussé d’un voile de mariée. L’artiste a décidé d’intervenir sur chaque planche, perturbant la surface de multiples interventions. Des ajouts d’ordre pictural (écriture, chiffres…) mais aussi de minuscules objets (œillets métalliques, lanières de cuir…). Bien que cet ensemble de 6 planches soit réalisé à 8 exemplaires, chaque série est unique.

L’ensemble est présenté dans une boite/valise de bois peinte en noir.

Référence Favier - Le Mariage de Francis
Nombre de pages 6 planches réunies dans un coffret
Format 50 x 80 cm
Tirage 8 ex.
Justification Signé et numéroté
Technique Technique mixte sur papier Hahnemühle 500g
Année de parution 2016

Favier (Philippe)


Depuis les années 1980, Phillipe favier développe un univers singulier sans équivalent dans le monde de l'art contemporain. Inventivité et liberté caractérisent son oeuvre déplaçant les codes établis. Né à Saint-Etienne en 1957. Vit et travaille en France. Dans chacune des nombreuses périodes qui caractérisent le travail de Philippe Favier depuis une trentaine d’années, on peut apercevoir combien le recours à l’horizon semble incontournable, qu’il aliène les corps comme dans certains collages(1), qu’il dresse le portrait d’une morte asperge(2), qu’une mystérieuse architecture étale son mince silence sur plus de deux mètres(3) ou que 101 boîtes de sardines conservent leur mystère(4)… Il serait fastidieux de dresser une liste et complexe d’en extraire le sens. Depuis ses débuts, l’usage du stylo Bic en fait foi, le travail de Philippe Favier est à comprendre sous le signe de l’écriture. En 1982, il confiait qu’il lui semblait « dessiner la majuscule d’un texte à venir ». Au coeur de l’oeuvre, les pages se sont inscrites au fil des ans. En 2008, Le Grand Livre s’ouvre comme un nouveau chapitre.

Suggestions

Haut de Page