Arbres - Giuseppe Penone

Catalogue de l'exposition Arbres de l'artiste Giuseppe Penone au Domaine de Chamont-sur-Loire

 

26,54 €

Ce livre prend comme point de départ, l’oeuvre de Giuseppe Penone, l’arbre/sculpture Gravité et Croissance, installée à Francfort devant la Banque Centrale Européenne en 2014. Il ouvre une réflexion sur l’un des aspects essentiels des recherches de l’artiste, considéré comme le chef de file du mouvement italien Arte Povera : la Nature, prétexte à une confrontation et un basculement poétique avec notre réel.
L’arbre est aux commencements du travail de Giuseppe Penone dès les années 1960 et prend la forme d’une longue méditation dont « l’Arbre de Francfort » est l’un des aboutissements. De même que la sève irrigue secrètement l’arbre, la pensée constante de ce dernier a toujours irrigué l’imaginaire de l’artiste. En particulier ce que Giuseppe Penone perçoit dans la Nature qui l’entoure ce ne sont pas les différences qui séparent les espèces et les matières, mais au contraire ce qui les réunit, les attractions qui les mêlent et les font se ressembler…
Ce livre illustré de photographies d’œuvres et de dessins de l’artiste invite à une exploration méditative et éclaire le lecteur sur l’une des parties les plus sensibles de l’œuvre de l’artiste.
L’auteur, Henry-Claude Cousseau, est conservateur général du patrimoine. Il a dirigé l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris de 2000 à 2011.

Référence 978-2-36306-277-2
Référence 978-2-36306-277-2
Nombre de pages 84
Format 21,5 x 28 cm
Langue Français/Anglais
ISBN 9782363062772
Année de parution 2020

Penone (Giuseppe)


Considéré depuis 1968 comme l'un des chefs de file de l'Arte Povera, Giuseppe Penone poursuit depuis une pratique artistique où l'artifice et la nature se mêlent étroitement. Il s’est fait connaître non seulement par des bronzes aux formes anthropomorphiques, mais aussi par des pièces où il intervient directement sur des végétaux. C'est notamment le cas avec la série des Arbres où, en creusant le bois d'une poutre, il retrouve le souvenir de la plante originale avec ses branches et ses noeuds. Ces dernières années, la présence humaine s'est faite plus présente dans ses sculptures, notamment par le biais de moulages de fragments de visage tels la bouche, le nez ou les oreilles.

Suggestions

Haut de Page