Natacha Lesueur / Les chevelures de Vanda

Vernissage de l'exposition Les chevelures de Vanda de l'artiste Natacha Lesueur le 24 octobre 2019

LES CHEVELURES DE VANDA

Du 15 octobre au 21 novembre 2019

Vernissage le 24 octobre 2019 de 18h à 21h

 

Depuis une vingtaine d’année, Natacha Lesueur ne cesse d'interroger l'identité à travers la représentation photographique, la vidéo ou plus récemment dans des sculptures et installations. En ce sens, bien qu’elle appartienne initialement à un courant apparu dans les années 1990 qui voulait que l'image se devait d'être réactualisée à partir de procédures spécifiques, elle s’en est rapidement écartée au profit d’une mise en abime des codes liés à construction des subjectivités notamment féminines.

 

Ses derniers travaux, jamais présentés à Paris depuis plus de 6 ans, attestent d’un travail sur l’arbitraire des codes de figuration contemporains. Si l’altérité constitue le fil conducteur de ses réalisations, les derniers travaux de Natacha Lesueur ouvrent également sur une nouvelle histoire des formes.

 

En d’autres termes, une série de têtes moulées dans différentes terres brutes puis façonnées comme des vases avant d’être présentées devant une photographie monumentale offrent un feuilletage de significations. Certes, on y perçoit une interrogation sur la lecture que nous faisons de ces visages en fonction de la couleur de l’épiderme (de la terre « blanche » au « noir » prononcé). Mais cet ensemble vaut tout autant comme réponse à l’histoire de la sculpture depuis les bustes du XIXe siècle qui démontraient une pensée colonialiste envers les populations indigènes d’un monde asservie par l’Occident jusqu’aux tentatives artistiques récentes interrogeant les modes de figuration contemporains.

 

Une autre œuvre exceptionnelle se présentant sous la forme d’une fontaine atteste de ce basculement. Constitué de perruques symbolisant un flot ruisselant des bords de la vasque, cette œuvre propose en son centre tout un bestiaire de formes en terre cuite que le spectateur est invité à découvrir comme autant de figures symbolisant un imaginaire en ébullition.

 

Exceptionnelle, cette exposition l’est à plus d’un titre. Non seulement elle permet de percevoir l’évolution d’une artiste trop rarement présentée à Paris mais elle atteste surtout d’un questionnement radical sur la possibilité pour l’art contemporain d’être à la fois une interrogation politique et un questionnement subversif sur les possibilités plastiques de l’art contemporain.

Suggestions

Haut de Page