David Altmejd / Ringers - du 23/11 au 12/01/19

La Galerie 8+4 a le plaisir de présenter un ensemble de gravures originales de David Altmejd réalisées avec l'atelier d’art de Columbia University, New York.

Depuis la grande exposition au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 2014, David Altmejd n’avait plus exposé en France. La Galerie 8 + 4 est heureuse de présenter son travail de gravures, Ringers, encore inédit en Europe, réalisé à l’atelier d’art de Columbia University à New York. Dans les œuvres de ce sculpteur québécois, la représentation devient l’enjeu de tensions entre un flux psychique et la résistance de la matière même. À la fois héroïque et grotesque, sublime et pathétique, onirique et ancré dans le réel, cet ensemble de onze gravures originales explore de façon jubilatoire la part d’impensé de notre culture contemporaine. Considéré comme l’un des artistes canadiens les plus talentueux depuis la biennale de Venise de 2007, David Altmejd produit ici une œuvre déroutante où se mêle alchimie et réalisme social.

Ceux qui connaissent David Altmejd pour ses grandes installations immersives où vitres et miroirs composent des œuvres mystérieuses aussi bien dans le fond que la forme ne manqueront pas d’être surpris par cette série mêlant gravure et technique mixte. Celle-ci prolonge le goût de l’artiste pour la prestidigitation visuelle, en explorant, à l’instar de ses sculptures, le thème de l’identité en mouvement mais de manière beaucoup plus intime et humoristique que dans ses œuvres grands formats.

David Altmejd commence à concevoir Ringers en 2012 alors qu’il travaille sur une série plutôt de têtes renversées en époxy. C’est cette série qui lui donne l’idée de proposer des portraits à l’envers pour son premier grand projet d’édition. Après avoir photographié ses assistants ainsi que des étudiants et membres du LeRoy Neiman Center (Atelier d’art de Columbia University, NY), Altmejd renverse les portraits sur Photoshop et les tire sur imprimante à jet d’encre. Une fois leurs têtes en bas, l’artiste surimpose une seconde impression à la taille douce - principalement de la gravure au trait et des touches d’aquatinte - et colle le tout sur un support en carton mousse. Il perce ensuite des trous au laser pour créer de petites cavités dans le support qu’il remplit de paillettes. Il y attache des chainettes, des perles et d’autres ornements pour parer ses modèles.

Comme l’un des sens du titre le suggère, nous sommes en présence d’identités frauduleuses. Bien que chaque modèle soit identifié par ses initiales apposées en bas à gauche, il ou elle est complètement méconnaissable sur l’image. Les hommes se transforment en femmes et inversement. Les fronts ont des lèvres et les cheveux se changent en barbe. L’artiste leur ajoute des faux nez et toutes sortes de costumes, de la robe à la chemise en passant par la burka. Resplendissant de perles et de paillettes, ces nouveaux êtres font des mines à la fois drôles, timides ou sinistres.

Par exemple, « M.T » montre une femme timide aux narines rose portant une parure de perles, [ou avec « E.H. » devenu lapin blanc, l’artiste use ici d’une fourrure directement collée sur la gravure, ou encore « T.V. » avec le visage et le torse creusés d’un givre de paillettes blanches.] Les portraits n’ont pas grand chose à voir avec leurs modèles de chair et d’os, et Altmejd ne parle de rien d’autres sinon, peut-être, du fait que nous abritons tous de multiples identités…

Parfois, l’atelier d’art se dessine dans le décor avec ses étagères remplies d’encres et de matériels divers - un indice que nous avons aussi à faire à une communauté de création.

Ringers est le fruit d’une réflexion complexe dans la durée comme le sont souvent les projets menés au LeRoy Neiman Center. Bien que résolu à affirmer sa liberté artistique avec humour, Altmejd rend ici hommage à ceux qui rendent sa création possible.

Présentation reprise du texte de Faye Hirsch / Art in Print – mars / avril 2015

David Altmejd est né à Montréal, au Canada, en 1974. Il vit et travaille à New York. En 2001, Altmejd obtient un MFA (Master of Fine Art) de l’Université de Colombia. Parmi ses expositions les plus récentes, on compte Flux, une rétrospective présentée au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, au Mudam de Luxembourg et au Musée d'art contemporain de Montréal ; et Juices présentée à l’Andrea Rosen Gallery. Ses œuvres sont également exposées dans des collections publiques telles que l’Art Gallery of Ontario, le Dallas Museum of Art, le Solomon R. Guggenheim Museum et le Whitney Museum.

Related Products

Scroll To Top